HiStOiReS InDiEnNeS.3
VOYAGE en INDE (été 2008) : HARYANA, PUNJAB, CACHEMIRE, VALLEE de CHAMBA (HIMACHAL PRADESH)

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 



Rubriques

A. VISA pour l INDE
B. TROIS VOYAGEURS REFONT le MONDE
C1. ARE YOU a MEMBER
C2. KURUKSHETRA
C3. KRISHNA et ARJUNA
D. FORT de PATIALA
E1. GURDWARA de SIRHIND
E2. RAUZA SHARIF (SIRHIND)
E3. POEMES aux VENTILATEURS
F1. Les SIKHS
F2. PRIX en INDE
F3. IMAGES du PARADIS (Nouvelle)
G1. THEORIE du TEMPS (Poeme)
G2. DE l AMOUR (Poeme)
G3. CANTINES des GURDWARA
G4. ANANDPUR SAHIB
G5. TEMPLE de NAINA DEVI
G6. CE QUI N EST PAS A MOI (Poeme)
H1. HOSPITALITE des CHOPRA
H2. KAPURTHALA
H3. MISTER SWAMI
J1. Un MISERABLE (poeme)
J2. HYMNE au CORPS (Poeme)
J3. POUSSIERE (Poeme)
K1. BIENVENUE AU CACHEMIRE !
K2. GREVE au CACHEMIRE
L. AMARNATH : yatra hindou
M1. JARDIN BOTANIQUE de SRINAGAR
M2. JARDIN NISHAT (Srinagar)
M3. TANT que la TERRE nous PORTE (poeme)
M4. JARDIN SHALIMAR (Srinagar)
M5. PARIMAHAL et JARDIN CHESMASHAHI, Srinagar
M6. Du SANG a SRINAGAR
M7. AIGLES et HOUSE BOATS de SRINAGAR
N1. Le LAC DAL (DAL LAKE)
N2. MARCHE FLOTTANT du LAC DAL
O1. GOODBYE CACHEMIRE !
O2. NUIT BLANCHE a SRINAGAR
O3. VIOLENCES et SEPARATISME au CACHEMIRE
P. DALHOUSIE (Fantaisie).
Q. TEMPLES de CHAMBA
R. PIQUE NIQUE a KHAJJIAR
S. ALWAYS EXPECT UNEXPECTED

Menu

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

Le RAUZA SHARIF (Sirhind)

 

 

Le RAUZA SHARIF

 

(Sirhind)

 

 

 

 

 

Après la visite d'autres monuments, j'arrive au Rauza Sharif.

C'est un lieu essentiel de pèlerinage pour les musulmans sunnites.

On y trouve le mausolée d'un saint, qui a vécu aux XVIe et XVIIe siècles, Ahmad Sirhindi.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autant je suis bien accueilli dans les gurdwaras sikhs et dans les mandirs hindous, autant je suis cueilli à froid au Rauza Sharif.

Deux jeunes, me voyant arriver, m'interceptent trois mètres avant l'entrée.

Ma casquette gêne l'un deux. Je proteste, j'ai la tête couverte, c'est l'essentiel.

Unanimement, tous deux grimacent devant mon short.

Où est mon pantalon ?

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier veut déjà m'interdire l'entrée !

-"Are you a muslim ?"

-"No, I am not a muslim !"

Du coup, il me regarde avec commisération...

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je réclame un longi pour me couvrir les jambes.

Malgré la moue du premier, le second accepte, revient avec.

Insatisfait de ma façon de procéder, il m'aide à le nouer. Dans les règles de l'art, selon lui.

 

 

 

 

 

 

 

 

La mosquée, à droite, m'est interdite.

Nul besoin de demander à y entrer. Pour eux, c'est l'évidence.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais le plus teigneux aime donner des ordres :

-"Come with me ! Lavez-vous les mains, le visage et les pieds !"

 

 

 

 

À gauche au fond de la cour, un alignement de robinets permet de se laver assis.

Les deux Cerbères me collent aux basques.

Le hargneux-anticasquettes veut me faire asseoir.

- "Don't touch me ! Je peux me laver seul ! Go away !" et je lui jette un regard furieux.

Il recule, comprend aussitôt. Je ne le verrai plus au cours de cette visite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, j'ai toujours un "flic" aux fesses, accompagné d'un ou deux autres individus de même calibre.

Cette visite est pourrie, irrattrapable.

Quand il faut grimper les marches pour accéder aux salles, le longi  trop serré m'en empêche. Cela fait marrer les deux "guides" !

Sur le coup, j'ai envie de balancer le longi et de quitter les lieux.

 

 

Après réflexion, je décide de rester.

Mais je relève le longi jusqu'au niveau du short.

Un vieux  enturbanné pointe mes jambes du doigt en ronchonnant !

Je lui réponds en anglais :

-"Vous aussi, vous trouvez que j'ai de jolies jambes ?"

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une telle atmosphère, inutile de sortir mon appareil photo, sous peine de déclencher une danse des sabres.

Ni d'aller à droite ou à gauche, comme le moindre des chiens errants.

Le circuit est balisé, sous contrôle.

Pas question de fantaisie ou de la moindre initiative.

Moi qui déteste les guides, les Führer, les Duce, les Caudillo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans chaque salle, nous voyons des tombes, des tumulus recouverts de velours ou de brocarts aux couleurs vives.

Les rares visiteurs font la démonstration d'une rare piété... mais ne restent guère.

 

 

 

 

Sur la terrasse, je contourne le mausolée pour ne plus voir mes gardes du corps.

Le lieu est serein, l'architecture est pure.

Quel dommage d'avoir de tels interlocuteurs...

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À la sortie, je n'ai aucune envie de photographier les bâtiments extérieurs.

Mais puisque quelques photos pourront adoucir un texte peu louangeur, je m'exécute.

Allah m'en tiendra compte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lionel Bonhouvrier.



Publié à 17:51, le 15/07/2008 dans E2. RAUZA SHARIF (SIRHIND), Sirhind
Mots clefs :
Lien