HiStOiReS InDiEnNeS.3
VOYAGE en INDE (été 2008) : HARYANA, PUNJAB, CACHEMIRE, VALLEE de CHAMBA (HIMACHAL PRADESH)

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 



Rubriques

A. VISA pour l INDE
B. TROIS VOYAGEURS REFONT le MONDE
C1. ARE YOU a MEMBER
C2. KURUKSHETRA
C3. KRISHNA et ARJUNA
D. FORT de PATIALA
E1. GURDWARA de SIRHIND
E2. RAUZA SHARIF (SIRHIND)
E3. POEMES aux VENTILATEURS
F1. Les SIKHS
F2. PRIX en INDE
F3. IMAGES du PARADIS (Nouvelle)
G1. THEORIE du TEMPS (Poeme)
G2. DE l AMOUR (Poeme)
G3. CANTINES des GURDWARA
G4. ANANDPUR SAHIB
G5. TEMPLE de NAINA DEVI
G6. CE QUI N EST PAS A MOI (Poeme)
H1. HOSPITALITE des CHOPRA
H2. KAPURTHALA
H3. MISTER SWAMI
J1. Un MISERABLE (poeme)
J2. HYMNE au CORPS (Poeme)
J3. POUSSIERE (Poeme)
K1. BIENVENUE AU CACHEMIRE !
K2. GREVE au CACHEMIRE
L. AMARNATH : yatra hindou
M1. JARDIN BOTANIQUE de SRINAGAR
M2. JARDIN NISHAT (Srinagar)
M3. TANT que la TERRE nous PORTE (poeme)
M4. JARDIN SHALIMAR (Srinagar)
M5. PARIMAHAL et JARDIN CHESMASHAHI, Srinagar
M6. Du SANG a SRINAGAR
M7. AIGLES et HOUSE BOATS de SRINAGAR
N1. Le LAC DAL (DAL LAKE)
N2. MARCHE FLOTTANT du LAC DAL
O1. GOODBYE CACHEMIRE !
O2. NUIT BLANCHE a SRINAGAR
O3. VIOLENCES et SEPARATISME au CACHEMIRE
P. DALHOUSIE (Fantaisie).
Q. TEMPLES de CHAMBA
R. PIQUE NIQUE a KHAJJIAR
S. ALWAYS EXPECT UNEXPECTED

Menu

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

Le FORT de PATIALA (12.07.2008).

 

 

Le FORT de PATIALA

 

 

 

 

Je savais peu de choses sur Patiala, avant d'y mettre les pieds.

Seulement, qu'un État sikh s'était créé à la fin du XVIIIe siècle, dirigé par le maharajah de Patiala, sa capitale. Rien de plus.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois heures de train entre Kurukshetra et Patiala sont passionnantes.

À Ambala (45 mn de stationnement pour changer de locomotive...), deux enfants tziganes font des accrobaties dans leur petit cerceau pour mendier.

Une partie des voyageurs s'occupe sur le quai : achats divers, repas assis sur le sol, discussion entre amis, s'asseoir sur un banc pour fuir la chaleur, boire un thé, griller une cigarette... 

Je n'ose prendre de photo, car les Indiens me dévisagent comme un ours blanc échappé de la banquise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers 11h30, mon "express Dadar-Amritsar" arrive en gare de Patiala.

 

J'empreinte une sortie latérale pour ne pas subir la hargne des autorickshaw.

Tout se passe à merveille.

Où se trouve le centre-ville ?

D'après un jeune Sikh, c'est tout droit !


 

La chaleur accentue la pollution d'une circulation automobile infernale.

Après cinq minutes, le sac sur le dos me met en nage.

Devant moi, côté gauche, un bus local est coincé par des embouteillages à un feu.

Je traverse la chaussée, grimpe dans le bus à la volée après son démarrage.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'avise le contrôleur : "Please, the center of Patiala ?"

Il ne comprend pas, mais un voyageur, vaille que vaille, me renseigne.

Ce n'est pas le bon bus... Je dois descendre dans quelques minutes et aller à gauche !

À un grand rond point, je descends au moment où le bus ralentit, sans trop me tordre les chevilles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À nous deux Patiala !

Pendant dix minutes, je marche tout droit, assommé par les klaxons incessants, manquant de me faire écraser toutes les cinq secondes par un véhicule.

Comment suis-je encore vivant ?

Question intéressante, mais que je repousse, pour rester vigilant.

 

Puis j'entre dans une cyberboutique tenue par deux Sikhs.

Discussion en anglais sur la location d'une chambre.

D'après lui, le prix moyen est de 400 roupies... Je lui explique que je dors dans des dharamsalas. Pour environ 100 Rs !

Du coup, il m'écrit sur un bout de papier :

 

SHIRANJI  ASHRAM

Near Anardana Park

 

Muni de cette précieuse information, je trouve l'ashram en une dizaine de minutes.

 

Le réceptionniste essaye quelques secondes de comprendre mes dix mots d'anglais basique... puis trouve plus simple de dire :"No room ! No room !".

Visiblement, ce moustachu hindou n'est pas payé au nombre de clients. Pourquoi faire des efforts de communication, alors qu'il fait si chaud ?


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Décidé à me loger ici, pas ailleurs, je persévère, prends à témoin deux autres hommes et même deux garcons.

 

 

-"I need a room. A simple room !"

 

 

Peu à peu, la répétition des mêmes mots, dont je change l'ordre, finit par produire quelques effets. Un vieux Sikh approche, qui connaît quelques mots d'anglais.

 

 

Le vent tourne. Le moustachu continue à hocher la tête, prétendant qu'il n'y a plus de chambre. Mais le vieux Sikh apprécie ma patience, négocie avec l'intello hindou, plaide en ma faveur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finalement, le réceptionniste donne une clé à un gamin, qui me conduit au sommet de l'ashram, dans une petite chambre, sans fenêtre.

 

 

Construite sur la terrasse, la chaleur y est insupportable.

 

 

Heureusement, le vieux nous a suivi. Il m'explique que la force électrique ne redémarre qu'après 13h. D'ici là...

 

 

-"You don't have another room, not so small, with windows ? It`s so hot, here !" et j'adresse au vieux un sourire dégoulinant de sueur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vieux m'aime bien, Nous descendons d'un étage.

 

 

Le gamin ouvre une chambre : je la prends !

 

 

Deux à trois fois plus grande que l'autre, elle contient deux charpoi (lits de sangles tressées). Elle possède trois portes et une fenêtre, c'est idéal pour l'aération.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous redescendons à la réception.

 

 

Le vieux explique au moustachu que je prends la chambre 49.

Victoire 1 à 0.

 

 

Ensuite, c'est la galère de l'inscription sur le grand registre, puis sur le carnet à souche. Mon intello moustachu a oublié de brancher son cerveau. Ce qu'il fait à merveille :  tracer des colonnes avec une règle de bois dans son grand registre...

 

 

Et encore, le vieux ne cesse de l'aider : traduit en hindi mon nom, lui explique que j'ai deux noms, bref met de l'huile dans un moteur rouillé depuis l'origine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Douche dans les sanitaires communs, un délice !

 

 

D'habitude, il y a un seau, que l'on remplit, et un petit récipient qui sert à se doucher. Rien de tel ici. Mais le robinet est placé assez haut pour qu'accroupi, on puisse se doucher, y compris la tête.

 

 

Les Indiens ont l'habitude de s'accroupir à tous propos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Me voilà parti à la recherche du fort de Patiala.

 

 

Grâce aux explications de deux passants, j'y arrive, après un repas pris en trois minutes à une cantine roulante (pois chiches, légumes, raita, dans une petite assiette). 10 Rs.

 

 

Les rues qui donnent accès à la Qila (la fortesse) sont décorées de papillotes colorées.

 


A SUIVRE...

 

Lionel Bonhouvrier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 13:46, le 12/07/2008 dans D. FORT de PATIALA, Patiāla
Mots clefs :
Lien