HiStOiReS InDiEnNeS.3
VOYAGE en INDE (été 2008) : HARYANA, PUNJAB, CACHEMIRE, VALLEE de CHAMBA (HIMACHAL PRADESH)

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

La carte des lieux visités





«  Janvier 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 



Rubriques

A. VISA pour l INDE
B. TROIS VOYAGEURS REFONT le MONDE
C1. ARE YOU a MEMBER
C2. KURUKSHETRA
C3. KRISHNA et ARJUNA
D. FORT de PATIALA
E1. GURDWARA de SIRHIND
E2. RAUZA SHARIF (SIRHIND)
E3. POEMES aux VENTILATEURS
F1. Les SIKHS
F2. PRIX en INDE
F3. IMAGES du PARADIS (Nouvelle)
G1. THEORIE du TEMPS (Poeme)
G2. DE l AMOUR (Poeme)
G3. CANTINES des GURDWARA
G4. ANANDPUR SAHIB
G5. TEMPLE de NAINA DEVI
G6. CE QUI N EST PAS A MOI (Poeme)
H1. HOSPITALITE des CHOPRA
H2. KAPURTHALA
H3. MISTER SWAMI
J1. Un MISERABLE (poeme)
J2. HYMNE au CORPS (Poeme)
J3. POUSSIERE (Poeme)
K1. BIENVENUE AU CACHEMIRE !
K2. GREVE au CACHEMIRE
L. AMARNATH : yatra hindou
M1. JARDIN BOTANIQUE de SRINAGAR
M2. JARDIN NISHAT (Srinagar)
M3. TANT que la TERRE nous PORTE (poeme)
M4. JARDIN SHALIMAR (Srinagar)
M5. PARIMAHAL et JARDIN CHESMASHAHI, Srinagar
M6. Du SANG a SRINAGAR
M7. AIGLES et HOUSE BOATS de SRINAGAR
N1. Le LAC DAL (DAL LAKE)
N2. MARCHE FLOTTANT du LAC DAL
O1. GOODBYE CACHEMIRE !
O2. NUIT BLANCHE a SRINAGAR
O3. VIOLENCES et SEPARATISME au CACHEMIRE
P. DALHOUSIE (Fantaisie).
Q. TEMPLES de CHAMBA
R. PIQUE NIQUE a KHAJJIAR
S. ALWAYS EXPECT UNEXPECTED

Menu

http://inde.uniterre.com
http://inde2.uniterre.com
http://sikh.uniterre.com
http://bouddha.uniterre.com
http://nepalaises.uniterre.com
http://nepalaises.blogspot.com
http://bouddhique.blogspot.com
http://jainiste.blogspot.com
http://hindouistes.blogspot.com
http://durajasthan.blogspot.com
http://gujarates.blogspot.com
http://hindou.uniterre.com
http://darjeeling.uniterre.com
http://jain.uniterre.com
http://vagabonder.uniterre.com
http://georgia.uniterre.com

Newsletter

Saisissez votre adresse email

GOODBYE, CACHEMIRE ! (17.08.2008).

 

GOODBYE,                   
 
CACHEMIRE !









Le 12 août 2008 marque le tournant de mon séjour à Srinagar.
J'y séjourne depuis dix jours, mais je souhaite rester au moins une semaine supplémentaire au Cachemire.

Le 11 août, les signes négatifs s'accumulent.
D'abord, la grêve générale dure depuis onze jours !
Avec son cortège peu réjouissant : boutiques fermées, opérations ville morte, couvre-feu, combats de rues,...
À l'hôtel Crescent, la soirée du 11 août est lugubre...
Dans la salle du restaurant de l'hôtel, les discussions vont bon train.
Mushtak, un des deux frères hôteliers, un Cachemiri, un Italien et le fils de Youssouf, nous discutons longuement de la situation. Le pessimisme est de rigueur.

Le 12 août, je prévoie une matinée en barque pour voir le marché flottant .
Youssouf envisage un départ à 4h30, ce qui me convient.
Mais de 4h à 4h30, des tornades d'eau laissent peu despoir. Je me recouche.
Inutile d'aller retrouver Youssouf par un temps pareil.

Au cours de cette matinée du 12 août, on m'apprend que la police a tué cinq jeunes manifestants musulmans.
Les combats de rues redoublent.
Tout est fermé. Les gens se cloîtrent chez eux.
Voir ma réaction dans : DU SANG À SRINAGAR.

Le fils de mon hôte, environ 20 ans, martèle ses phrases avec une conviction de fanatique. Il compare la situation du Cachemire avec la Palestine. Une Intifada himalayenne, en somme.
Quand il parle d'Azad Kashmir, d'ouverture de la route vers le Pakistan, ses yeux brillent. Il apprécie l'ayatollah Khomeiny... Il réclame l'indépendance du Cachemire.
Je me lasse de ses idées et de son style tranchant.
Je préfère parler avec Youssouf, le Cachemiri voisin et l'Italien toujours fourré chez nous.

Le soir du 12 août, dépité par cette journée d'inaction forcée, j'envisage de quitter le Cachemire plus tôt que prévu.

Le 13 août
de 4h30 à 8h, visite en barque du marché flottant aux légumes sur le lac Dal.
Cette merveilleuse promenade matinale sauve une journée sinistre...
Aucune boutique n'est ouverte.
Ma cyberboutique préférée reste cadenassée toute la journée à cause des combats de rues entre manifestants et forces de l'ordre.
En soirée, d'autres morts s'ajoutent à une liste déjà longue...
(Voir l'article : GRÈVE GÉNÉRALE AU CACHEMIRE).

Au cours d'une promenade matinale, le 14 août, sur le Bund le long de la Jehlum, je fais un bilan de la situation.
À quoi bon rester à Srinagar ?
Ce n'est plus une ville, mais un désert. L'ambiance est détestable.

Je déjeune dans une épicerie, la seule boutique ouverte à un kilomètre à la ronde...
Discussion avec le patron de la situation politique.
Selon lui, la veille vers 19h30, la police est entrée chez des gens et a tiré. Le bilan est sanglant : 30 morts et de nombreux blessés. (Ce nombre de 30 morts doit être vérifié...)
C'est pourquoi les mosquées étaient en ébullition toute la soirée !
Pendant des heures, elles ne cessaient de diffuser des messages sonorisés, truffés de Allah Akhbar... 
Tout ce bruit m'empêche longtemps de m'endormir.

Le patron souhaite l'ouverture des routes vers le Pakistan et vers l'Inde, pour assurer le ravitaillement correct du Cachemire.
-"À quand remontent les dernières élections ?"
-"À 2002 ! Mais seulement un pour cent de la population a voté ! En réalité, les partis politiques du Cachemire ne veulent plus d'élections. Ils veulent directement l'indépendance..."

En sortant du restaurant, je décide de quitter Srinagar et le Cachemire. Car à Gulmarg, à Sonamarg ou ailleurs au Cachemire, la situation sera aussi catastrophique.
Le mieux est d'aller à la gare routière pour acheter un billet de bus pour Jammu. Et partir le lendemain matin par le premier bus.

Arrivé à la gare routière, je vais de surprise en surprise.
D'abord, les trois guichets sont pris d'assaut. Trois très longues queues d'Indiens excités, compressés les uns contre les autres, me plongent dans l'ambiance.
Je prends la file numéro deux...
Résolu à la plus absolue patience.


Une heure et demie plus tard, c'est mon tour.
Impossible de partir le lendemain pour deux raisons : c'est le 15 août, fête nationale, aucun bus ne circule ; et l'on n'achète un billet que pour le jour même...
J'achète aussitôt un billet pour Jammu. À quelle heure part-il ?
Le guichetier est incompréhensible. Il ne sait pas ! Un bus part peut-être dans une demie heure, un autre sans doute dans une heure, mais rien n'est certain...
Le temps de revenir à l'hôtel, de préparer mon sac, impossible de prendre ces deux bus...
-"Y-a-t-il d'autres bus, Sir ?"
 Mais la foule derrière moi s'impatiente. Le guichetier s'occupe du client suivant et refuse de me répondre (d'ailleurs, me comprend-t-il, j'en doute).

Je fonce à l'hôtel, prépare mon sac à dos, fais mes adieux à la famille tenant l'hôtel Crescent.
Peu après 16h, je suis de retour à la gare routière.
Auprès du Manager, dans un bâtiment à part, je trouve de meilleurs renseignements.
Mon bus est un bus de nuit. Il ne part qu'après l'arrivée du bus de Jammu, prévue entre 19h30 et 20h30. Inutile de venir à la gare avant 20h...

J'attends sur un banc en face du Tourism Information Center, à deux pas de la gare routière jusqu'à 19h30.
Retour à la gare routière. Attendre, je sais faire...
Mais ce départ de Srinagar sera plus difficile que je ne l'imagine,
Voir l'article : NUIT BLANCHE À SRINAGAR.



Lionel Bonhouvrier.

Publié à 07:50, le 17/08/2008 dans O1. GOODBYE CACHEMIRE !, Srinagar
Mots clefs :
Lien